10 octobre 2006

 

 

 

 

Réaction au discours de Nasrallah.

 Robert Malek

 

Après la réunion des forces du 14 Mars, jeudi dernier et le communiqué critique à l’égard du Hezbollah qui a été publié à cette occasion, la formation chiite a publié à son tour un violent communiqué en cinq points dont voici les principaux points :

« 1       – Le Hezbollah comprend le besoin des forces du 14 février de resserrer leurs rangs et de hausser le ton, pour tenter de sortir de l’état de désenchantement dans lequel les a plongés l’issue de la guerre contre Israël et ses conséquences régionales, notamment la victoire historique remportée par la Résistance et par tous ceux qui l’ont aidée et soutenue.

2 – Le Hezbollah invite les forces du 14 février à cesser de transformer le Liban en arène dans la confrontation menée par Israël pour le compte des ةtats-Unis contre la Résistance qui a libéré le pays en 2000. Cette confrontation est aussi dirigée contre la Syrie et l’Iran qui refusent de céder à l’hégémonie américaine et aux conditions israéliennes, et contre le peuple palestinien qui défend ses droits légitimes. Le Hezbollah invite aussi les forces du 14 Mars à ne pas être les instruments du projet américain, qui ne veut aucun bien au Liban, car il souhaite transformer ce pays en voie de passage pour ses objectifs et sa politique dans la région qui ne prend en considération que les intérêts israéliens.

3 – Le Hezbollah reconnaît qu’il est nécessaire de redonner aux citoyens confiance dans leur ةtat, comme le dit le communiqué des forces du 14 février. Mais cette confiance ne peut être rétablie par des forces qui ont trahi leurs engagements électoraux à la première alerte et qui se sont retournées contre leur propre déclaration ministérielle à un moment aussi décisif que lors de la dernière guerre israélienne contre le Liban. Ces mêmes forces ont été, dans le meilleur des cas, impliquées dans la corruption pendant de longues années et certaines d’entre elles n’exercent pas leur leadership de façon démocratique au sein de leurs partis.

4 – Le Hezbollah remercie les forces du 14 février pour leur appel en faveur de la poursuite de son intégration au projet libanais. Mais il leur demande à son tour de suivre ce même chemin au lieu de continuer à parier sur l’étranger et de suivre les directives des ambassades étrangères qui se mêlent de toutes nos questions internes. Le Hezbollah invite ces forces à admettre que le Liban ne peut être protégé et renforcé que par la coopération, l’entente et l’unité de ses fils et par leur détermination à édifier un ةtat qui n’exclut personne et qui n’est contrôlé par aucune partie au détriment des autres comme le souhaitent, hélas, les forces du 14 février.

5 – Continuer à réclamer le désarmement du Hezbollah, tout en continuant à nier le fait qu’il a remporté une victoire historique, ainsi que le déni du droit de la Résistance – reconnu pourtant dans la déclaration ministérielle – tant que les droits nationaux n’ont pas été obtenus, constitue aux yeux du Hezbollah un renouvellement des lettres d’accréditation de ces forces auprès de leur maître américain. D’autant que ces forces continuent d’éviter de relever l’agressivité d’Israël et ses menaces permanentes à l’égard du Liban. Or le maître américain n’a cessé de soutenir les Israéliens tout au long de leur guerre contre le Liban, alors qu’ils tuaient les enfants, détruisaient les villes, les villages et l’infrastructure. Le Hezbollah invite donc les forces du 14 février à désespérer de cette revendication et à y renoncer une fois pour toutes.

Enfin, nous en resterons là pour cette fois, mais nous serons bientôt plus explicites, plus sincères et plus clairs », conclut le communiqué du Hezbollah.

 

*

 

Le Hezbollah doit savoir que ce n'est pas parce qu'il a réussi à endoctriner et manipuler une partie du peuple chiite libanais qu'il va pouvoir en faire autant avec tous les autres Libanais.

Le Hezbollah doit savoir qu'il représente un grand danger pour le Liban et non la "résistance libanaise", et que son existence empêche l'Etat libanais d'imposer sa souveraineté et son pouvoir.

Le Hezbollah doit savoir que le monde entier sait très bien qu'Israël n'a pas déclaré la guerre au Liban mais au Hezbollah, qu'il ne faut pas confondre Liban et Hezbollah et que le Hezbollah a fait beaucoup de tort au Liban depuis 1982, car c'est en étant à la solde de la Syrie que le Hezbollah a contribué à l'enlisement du Liban.

Le Hezbollah doit savoir qu'il n'a remporté aucune victoire mais qu'il a, au contraire, failli entraîner le Liban dans une nouvelle guerre civile, ce que tous les Libanais, ayant tiré les leçons du passé, ont su éviter.

Le Hezbollah doit savoir qu'il n'est pas normal, et encore moins admissible, qu'un parti demeure armé dans le pays alors qu'il fait partie d'un gouvernement de coalition.

Le Hezbollah doit savoir que c'est bien à cause de lui que les Libanais ont subi 33 jours de barbarie israélienne.

Et le Hezbollah doit savoir un tas d'autres choses encore..., mais il doit absolument savoir le plus important :  que son désarmement est primordial pour la paix dans la région.

Et les Libanais, tous les Libanais, doivent savoir une chose, essentielle :  le Liban ne sortira jamais du risque de guerre, avec ces crises récurrentes tous les 10 ou 15 ans, tant qu'il conservera ce système politique confessionnel.

rmalek@noos.fr

 

 

Vos Commentaires