14 octobre 2005

 

 

Pour

Marlène                      

 

 

* Pour les premières amandes vertes que l'on croque, trempées de sel, et qui sonnent le glas de l'hiver,

                     

* Pour l'arbuste du balcon que l'on croyait mort et qui refleurit  inexplicablement en décembre,

 

 

* Pour le grincement familier de la balançoire sur laquelle on s'assoupit, enivrés de soleil, dans le chant des cigales,

                     

* Pour les klaxons « sauvages » d'un mariage d'été qui nous précipite pourtant tous au balcon pour voir si la mariée est

belle,

                     

* Pour ces tribus de parents qui attendent à l'aéroport le retour au pays de l'enfant prodigue, et qui arrivent toujours

beaucoup trop tôt,

                     

* Pour cette vieille mémé qu'on a refusé de mettre à l'asile malgré l'appartement de Beyrouth trop étroit, et que son fils continue

d'embrasser chaque soir,

                      

 

* Pour cette femme voilée qui fait, au mois de mai, le pèlerinage de notre dame du Liban « Harissa »,

                     

* Pour le jeune policier du carrefour qui fait semblant de rêver quand on traverse un feu orange,

                     

* Pour le « Ya hala » claironnant du steward qui nous accueille sur  l'avion de Beyrouth,

                     

* Pour cet automobiliste souriant en trois pièces cravate qui, un soir de Nouvel An très pluvieux, vous change votre pneu, sans rien vous

demander,

                     

* Pour ce soleil lumineux de janvier qui nous fait douter que la tempête terrifiante de tout à l'heure ait vraiment eu lieu,

                      

* Pour la voix si triste de Feyrouz qui réveille en nous une âme enfouie de villageoise d'opérette,

                     

 

 

* Pour l'odeur de la « mankouché » du matin qui est bien plus qu'une galette au thym, comme la traduit bêtement le dictionnaire,

 

* Pour ces cerises de juin si noires qu'elles colorent de violet les langues des enfants,

 

* Pour la maison d'en haut qu'on fait plus belle que l'autre, parce que c'est là qu'au soir de notre mort, on accueillera les gens du

village,

 

*Pour les soirs de juin sur la terrasse, pour la vigne de septembre qui finit par nous offrir une grappe, pour les gardénias

de mai,

 

*Pour l'odeur mouillée de la terre après la première pluie,

 

*Pour ne pas avoir froid, pour ne pas avoir peur, pour ne pas vivre seul,

 

*Pour...

 

*Pour tout cela ..... Restez VIVRE au Liban

 

<marrow@free.fr>

 

 

 Vos Commentaires

 

 

"Elmolino" <elmolino@cyberia.net.lb> 

Date: Mon, 7 May 2007 09:11:42 +0300

    un texte emouvant  qui touche au coeur, fait renaitre les sensations profondes de l adolescence.Mais la realite est ecrasante

 

 

 

 

"nsenaici" <nsenaici@cudl-lille.fr> 

Date: Fri, 17 Mar 2006 12:33:58 +0100

   

ce texte est magnifique , je rêve de vivre au Liban et j'espère que ce rêve se concrétisera, la vie en france est pesante , aucun but , aucun mode de vie , peu de richesse culturelle dans ce pays qu'est la France , aucune valeur humaine si ce n est que matérielle , les gens sont tel des robots conditionnés entre le travail et leur appart ,  le temps passe et ici nous ne profitons de rien , l'ennui nous allons le combler dans les magasins à acheter tout et n'importequoi parceque c'est la société et la mentalité qui nous poussent ,

au liban chaque instant est savouré , les richesses culturelles, traditionnelles , les croyances , la cuisine rien n est à épargner   , les saisons .... et la chaleur de la population...

le texte à tout dit

 

merci ,

 

naima

 

علي شريف - لبنان

 

"ernestina" <erne.samarelli@tiscali.it> 

Subject: marlene_pour_le_liban.htm

Date: Wed, 18 Jan 2006 18:10:34 +0100

   

J'ai voyage' au Liban et j'ai pleure'.