20 mai 2006

 

 

 

 

Comment aider les Coptes et les autres minorités du Moyen-Orient à obtenir leurs droits humains ?

Par Lafif LAKHRAR

 

 

Ces brèves observations s’adressent à la société civile mondiale et à sa force de frappe : les médias, pour faire pression sur les élites au pouvoir et aux affaires en terre d’Islam afin de les ouvrir à la modernité des droits de l’homme et la modernité tout court. Car celle-ci est une et indivisible. Il s’agit de :

 

-         Revendiquer la modernisation de la condition de la femme et de celle des minorités nationales, ethniques, confessionnelles, linguistiques et religieuses. Celles-ci, malgré l’abolition du tribut en 1855 en Egypte, sont encore soumises à une législation qui s’inspire de la théologie du dhimmi, vielle de près de 14 siècles. Je donne à ce propos deux exemples criants de la violation caractéristique des droits de l’homme : l’interdiction faite à la femme musulmane de ne pas se marier avec un non musulman ni avec un musulman d’autre confession que la sienne. « Un Cadi saoudien a ordonné le divorce d’une femme sunnite d’avec son mari ismaélite (minorité chiite) mariés depuis un an. » (Al-Quds Al-Arabi du 27/04/2006)]. La Charia traite la non musulmane avec plus d’atrocité : la femme non musulmane mariées à un musulman n’a pas le droit de garde de ses enfants, ne hérite pas de son mari ni de ses enfants musulmans à cause des dispositions discriminatoires de la charia, encore en vigueur un peu partout en terre d’islam.

 

-         Revendiquer le respect de la liberté religieuse : liberté de culte, de construction des lieux de culte et, enfin, la liberté de changer de religion ou de ne pas avoir une. La commission de Bruxelles vient d’imposer au gouvernement islamiste turc le respect de ce droit fondamental de l’homme. Elle a auparavant imposé au même gouvernement l’abolition de la peine d’adultère et de la peine capitale. Preuve s’il en est, de l’efficacité de l’intervention extérieur pour la défense des droits de l’homme.

 

-         Revendiquer l’égalité de toutes les religions sans discrimination aucune et partout, les droits des non musulmans de pratiquer librement leurs cultes et de prêcher librement comme le font les prédicateurs musulmans, et abolir en conséquence les lois moyenâgeuse qui interdisent aux chrétiens de prêcher leur foi en dehors de leurs églises sous peine de la décapitation. Tout récemment, le gouvernement algérien a promulgué une loi qui condamne à l’emprisonnement tout chrétien qui cherche à convertir des musulmans ; après 14 siècles, la loi algérienne a quand même remplacé la décapitation par la prison ! Il s’agit – là, n’est ce pas, d’un progrès ?

 

-         Revendiquer le respect des droits civils, religieux, nationaux et culturels de toutes les minorités du Moyen-Orient.

 

-         Revendiquer la fin de l’exclusion et de la marginalisation politique de ces minorités et leur intégration dans la vie politique de leurs pays. Faut-il souligner que le respect des droits de ses minorités constitue une garantie de poids contre les guerres confessionnelles, religieuses et ethniques latentes qui minent la stabilité de cette région, toujours, au bord de crises explosives.

 

-         Revendiquer l’abolition de toutes législations discriminatoires à l’encontre de ces minorités.

 

Quelle est la cause centrale de l’oppression des minorités en terre d’islam ? C’est l’absence de l’Etat de droit laïc. La règle générale dans cette aire géographique est la confusion de l’islam et de l’Etat. D’où la nécessité de revendiquer systématiquement la séparation de l’Etat et de l’islam.

 

Enfin, les médias internationaux ont à s’ouvrir aux élites de ces minorités, aux femmes et à tous les partisans d’une application à tous de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et les autres conventions comme celle visant à éliminer toute discrimination à l’égard des femmes.

 

___________________________

* Communication au colloque « Les Coptes : un combat pour les droits de l’homme », organisé par l’Association  des Coptes de France, le 5 mai 2006

 

Vos Commentaires