Jeudi 23 Novembre 2017
 
Failed opening... BBC Arabic RSS feed channel
WayBackMachine takes you to the internet history
Here you can acces to MiddleEast Transparent website History

Old site is Arabic Windows Coding


Perse Islamique ou Iran de Toujours ?

jeudi 9 avril 2015



Récemment, Walid Joumblatt s’est lancé dans une véritable philippique contre ce qu’il a appelé la « Perse Islamique » pour dire la République Islamique d’Iran. Nombreuses furent les critiques qui semblent avoir mal saisi l’intention de Joumblatt. Depuis dix ans, nous ne cessons de mettre en garde dans ces colonnes, contre un éventuel projet d’hégémonie impériale perse sous couvert de révolution islamique d’abord, puis de résistance contre Israël par la suite, pour en arriver à l’inextricable argumentaire utilisé par ceux qui veulent nous faire croire que soutenir militairement un Bachar el Assad et se métamorphoser en tortionnaires du peuple syrien sont des objectifs nobles et bénis.

L’expression « Perse Islamique » peut sembler caricaturale pour dire la religiosité impériale qu’on décèle dans le discours de l’establishment iranien actuel. A y regarder de plus près, cette même expression renvoie à des réalités géopolitiques bien précises : le projet d’un nouvel empire perse aussi hégémonique que ses prédécesseurs Achéménide, Parthe, Sassanide et Séfévide, d’une part ; et un certain islamisme pouvant jouer le rôle d’un ciment idéologique de l’Empire ou, à tout le moins, se présentant comme un horizon de pan-religiosité universelle marquée par un certain syncrétisme d’autre part.

Si on s’en tient aux déclarations récentes de responsables iraniens, ces derniers disent tout leur désir d’empire en affirmant contrôler plusieurs capitales arabes : Beyrouth, Damas, Bagdad, Sanaa, voire en affirmant que Bagdad est la capitale de ce nouveau Reich. La dernière fois qu’on avait vu les Perses contrôler, à la fois, les rivages de la Méditerranée Orientale et ceux de Bab el Mandeb, ce fut à la veille de l’Islam durant les dernières guerres que les Sassanides lancèrent contre les Romains (Byzantins) entre le VI° et le VII° siècles. On se souviendra de l’intervention brutale de la Perse aux côtés du royaume de Himyar (actuels Yemen et Hadramout) qui s’était converti au judaïsme au V° siècle et s’était lancé dans une persécution acharnée contre les Arabes chrétiens des pays de Najran. Cette campagne persano-himyarite avait provoqué une violente riposte des puissances chrétiennes de l’époque, à savoir l’Ethiopie alliée à l’Empire Romain (Byzantin) . Quelques années plus tard, le Sassanide Chosroes ravagera la Mésopotamie et le Levant, prendra Jérusalem, détruira ses sanctuaires et emportera la relique de la croix dans sa capitale Séleucie-Ctésiphon (Al-Madaën) non loin de Bagdad. En 622, année du début de l’Hégire, l’empereur romain Héraclius vaincra définitivement les Perses Sassanides et ramènera la relique de la croix à Jérusalem.

Comme il y a 15 siècles, les Perses lancent une double offensive, à la fois à Bab el Mandeb et sur les rivages du Levant. Comme leurs prédécesseurs Sassanides, les Mollahs usent de la même stratégie qui consiste à attiser les divisions religieuses et confessionnelles en jouant l’alliance des minorités contre la majorité. Les Sassanides avaient joué la sympathie de l’église de leur « orient » et de ses congénères syro-araméens opposés au Concile de Chalcédoine d’un « occident » romano-byzantin et hellénisé. Les Mollahs d’aujourd’hui, font tout pour s’attirer l’allégeance d’un ensemble de minorités religieuses adversaires d’un vague « occident » dans lequel on retrouve, méli-mélo, les arabes sunnites dans le rôle des anciens byzantins de jadis ainsi que les puissances occidentales, UE et USA sans compter Israël.

Il s’agit de la même Perse même si ce terme fut officiellement remplacé par celui d’Iran (pays des Aryas) le 21 mars 1935 par Reza Shah Pahlavi. Le Parlement iranien accordera à son fils Mohamed Reza Shah, en date du 15 septembre 1965, le titre de Sahahanshah Aryamehr (Roi des Rois, Lumière des Aryens). Le terme « arya/aryen/iranien » demeure ambigu, car porteur de certains présupposés péjoratifs de discrimination entre les hommes, à cause de son évolution historique. Les anthropologues racistes d’Occident s’en étaient servis pour construire une imposture scientifique, celle du « mythe aryen » : le sur-homme nordique, de race blanche supérieure fait pour dominer tous les peuples. Ces élucubrations européennes ne sont pas demeurées sans quelque écho en Perse.

Ainsi, la Perse Islamique évoquée par Walid Joumblat peut être comprise comme un projet impérial, celui des « aryas/iraniens ». Ce projet n’est pas sans rappeler celui des germano-aryens ou III° Reich. L’empire des aryas de Perse demeure en quelque sorte fidèle à une tradition qui remonte aux Sassanides. Le trait qui le distingue est une idéologie, non point raciste comme celle du Reich allemand, mais religieuse, islamiste. Cet islamisme aryen/iranien/persan utilise une grille de lecture révolutionnaire, comme le marxisme et fait preuve d’un authentique messianisme millénariste, celui d’un groupe religieux, le Chiisme khomeyniste, caractérisé par un esprit de classe.

acourban@gmail.com


print article without comments
Imprimer l'article
print article with comments
Imprimer article et commentaires
Send to a friend
envoi par email



metransparent.com Ranking in Google PageRank Checker
PageRank


Pas encore inscrit ?



Soyez rédacteur de ce site. Une fois enregistré et connecté, vous pouvez rédiger et publier vos articles directement sur le site et très facilement



Abonnez vous à notre lettre d'information et recevez les nouveautés du site




Donate



 
 
©Middle East transparent© This site is developed by Middle East Transparent team - 2007-2009.  This site is best seen at resolution 1024x768 and over  ©Middle East transparent©

18 visiteurs en ce moment